Temps de lecture : 4 minutes

Une grande partie des Français passe plus de temps en semaine au bureau que dans son logement (hors heures de sommeil ou épisode de confinement). Plus que jamais, il est nécessaire d’adopter les bons gestes de consommation pour des raisons économiques, et surtout environnementales.
En moyenne, un salarié émet 514 kg de  CO2 par an seulement à cause de l’utilisation des outils numériques au bureau. Il existe pourtant des gestes simples pour réduire ses consommations d’énergie et ses émissions de gaz à effet de serre. En voici quelques uns.

 

Chauffage et climatisation

Réduire ses consommations de chauffage

Le chauffage, en général utilisé la moitié de l’année, est responsable de 50% de la consommation d’énergie au bureau.

Selon la réglementation, si le travail réalisé ne demande pas de mouvements, et seulement une activité mentale, le bureau doit être chauffé entre 21°C et 24°C.
Au contraire si le travail demande des déplacements, la température idéale pour que le corps n’ait pas besoin de s’adapter est de 19°C.
Ainsi, un chauffage réglé au dessus de 24°C est contre-productif. Et réduire de 1°C le chauffage pendant la journée permet d’économiser jusqu’à 7% de l’électricité totale. 

Il est également très utile de s’équiper d’un thermostat. En effet, selon la réglementation un bureau inoccupé nécessite seulement une température de 16°C. Si, en plus, le bureau est inoccupé pendant plus de 2 jours, le chauffage ne doit pas dépasser les 8°C. Si le bâtiment est bien isolé, il peut être économique d’éteindre le chauffage la nuit.

Les radiateurs d’appoint individuels étant très énergivore, il est fortement conseillé de trouver la température idéale pour le confort de chacun et d’interdire ces appareils.

Enfin, dès que la température extérieure le permet, il faut penser à éteindre le chauffage tout particulièrement au moment de la mise en route de la climatisation.

Mieux utiliser la climatisation pour maximiser les économies d’énergie

La climatisation est également une grande source de consommation d’énergie et souvent un grand débat au sein des bureaux. Certains ne peuvent s’en passer, d’autres s’en plaignent. Il est difficile de trouver une température de réglage qui convienne à tout le monde. Mais connaître les grands principes suivants peut aider à converger : 

  • Il est tout d’abord nécessaire de limiter au maximum l’utilisation de la climatisation.
  • Il est ensuite possible de rafraîchir et aérer les locaux en ouvrant les fenêtres la journée lorsque la température extérieure le permet. N’hésitez pas à le faire la nuit si cela est possible.
  • Si la climatisation est allumée, il ne faut pas la régler avec un écart de plus de 4°C avec la température extérieure afin d’éviter le choc thermique.
  • Si la température extérieure est supérieure à 30°, il est également déconseillé de descendre en dessous des 26°C.

 

Utilisation des outils numériques

Consommer moins en utilisant Internet

Selon l’ADEME, un Français fait en moyenne 949 recherches internet par an. Cumulées au niveau national, celles-ci représentent en moyenne 287 600 tonnes de  CO2 par an.  Soit l’équivalent de 1,5 millions de km parcourus en voiture.
Cependant, de nos jours il est difficilement possible de se passer d’internet. Il faut donc améliorer la façon dont on l’utilise. Afin de réduire son impact écologique il est préférable :

  • d’aller directement sur le site voulu sans passer par un moteur de recherche en :
    • recherchant dans l’historique,
    • collant directement l’adresse url du lien d’un site,
    • ou en enregistrant les sites fréquemment utilisés dans les favoris,
  • de faire des recherches efficaces avec des mots-clefs pertinents, 
  • de fermer les onglets inutilisés, en particulier les réseaux sociaux,
  • d’utiliser un moteur de recherche écolo comme ecosia, ecogine -moteur français- ou lilo, qui utilisent leurs bénéfices pour financer des projets de développement durable (reforestation pour ecosia) et compenser leurs émissions carbones.

Diminuer l’impact environnemental de la production d’e-mails

L’ADEME estime que l’envoi d’un mail de 1 Mo consomme 15 g de CO2. Ainsi, les spams du monde entier consommeraient autant d’énergie que 2 millions de foyers Américains. Il est encore une fois impensable de se passer de l’utilisation de sa boîte mail dans le monde du travail, mais il est possible de réduire cette consommation, grâce à quelques actions simples :

  • Installer un logiciel anti-spam.
  • Supprimer les mails régulièrement afin de limiter son stockage.
  • Bien sélectionner les destinataires lors de l’envoi ( éviter d’utiliser l’option “répondre à tous” par exemple).
  • Effacer les pièces jointes des mails reçus ou envoyés.
  • Créer des pièces jointes légères et facilement accessibles.

 

Utilisation des équipements de bureau

Optimiser les consommations d’énergie liées à l’éclairage 

L’éclairage représente environ 20% de la facture énergétique d’une entreprise. Il est pourtant très facile d’optimiser l’utilisation de l’éclairage :

  • Utiliser des ampoules LED ou basse consommation. Elles consomment 4 à 5 fois moins d’énergie que des ampoules classiques.
  • Placer les bureaux de manière à avoir le plus de lumière naturelle possible.
  • Éteindre toutes les lumières lorsque l’on s’absente.
  • Utiliser des lumières extérieures avec capteur de présence de manière à en optimiser au maximum l’utilisation.

Améliorer l’emploi des ordinateurs et imprimantes 

Même si l’électricité en France émet peu de  CO2 du fait de sa production majoritairement nucléaire, limiter la consommation permet de ne pas avoir recours aux centrales fossiles. La question des déchets nucléaires et l’appauvrissement des ressources en uranium nous pousse à nous tourner vers les énergies renouvelables. Cependant pour vivre avec une électricité 100% renouvelable, il faudrait diminuer drastiquement notre consommation. Or les ordinateurs, imprimantes et photocopieurs font partie intégrante de la consommation au bureau. Pour en optimiser l’emploi, il faudrait :

  • Éteindre les machines qui n’ont pas besoin de tourner la nuit. En mode veille, un ordinateur consomme entre 20 et 40% de sa consommation normale.
  • Éteindre les écrans aussi souvent que possible.
  • Débrancher les chargeurs des prises s’ils ne sont pas utiles.
  • S’équiper d’un appareil multifonction : imprimante, photocopieur et scanner.
  • Imprimer seulement lorsque c’est nécessaire, en recto verso, en sélectionnant les pages réellement utiles.
  • Débrancher l’imprimante la nuit si elle n’est pas utilisée.

 

Et iQspot dans tout ça ?

iQspot est l’outil qui vous permettra :

  • d’identifier les postes sur lesquels des économies sont à réaliser,
  • de mesurer concrètement l’impact de toutes vos actions en matière de réduction de consommations,
  • et de partager/reporter vos informations de performance, notamment celles obligatoires dans le cadre du Décret Tertiaire entré en vigueur cette année.

Savoir, c’est pouvoir. Alors, si vous avez décidé de changer vos comportements au bureau pour améliorer votre performance énergétique, n’hésitez pas : contactez-nous !

Pin It on Pinterest

Share This