Temps de lecture : 3 minutes

Le suivi régulier des consommations, associé à des analyses et alertes automatiques, permet d’agir immédiatement en cas d’anomalie. Un domaine où l’Intelligence Artificielle  apporte une véritable valeur ajoutée.

Pourquoi des alertes automatiques ?

L’augmentation du montant d’une facture est désagréable pour tout le monde. Les raisons de cette augmentation sont d’autant plus difficiles à identifier que les relevés d’index sont éloignés dans le temps.
Ainsi, une fuite d’eau ou une dérive de consommation d’énergie peuvent mettre plusieurs mois, voire plusieurs années à être détectées.

Avec l’analyse des consommations en temps réel, et l’envoi d’alertes automatiques lorsqu’un seuil journalier ou hebdomadaire est dépassé, la détection d’une anomalie est immédiate.
L’alerte qualifiée, et adressée directement au gestionnaire sur le terrain, incite à l’action.

Et grâce à l’intelligence artificielle, il n’est plus nécessaire d’être un expert pour choisir des seuils d’alerte pertinents, lesquels varient d’un bâtiment à l’autre.
Les algorithmes d’iQspot et son interface dynamique proposent ainsi aux gestionnaires :

  • des seuils d’alertes précalculés en fonction comportement habituel du bâtiment,
  • ou, à la saisie manuelle d’une valeur, de visualiser combien de fois l’alerte aurait été déclenchée par le passé.

Des outils précieux pour placer le curseur au bon endroit !

L’intérêt en image et en chiffres

Dans le bâtiment monitoré ci-dessous, le seuil de consommation quotidienne d’eau en semaine était fixé à 200 litres. Le vendredi soir, ce seuil est dépassé (courbe n°1).
Ceci génère une alerte automatique auprès du gestionnaire technique, qui peut immédiatement :

  • mesurer l’ampleur de la dérive (grâce aux données de consommations en volume)
  • et identifier où a lieu la fuite (en fonction du compteur sur lequel elle est détectée). 

Dans notre exemple, le gestionnaire arrive à régler le problème dans les 60 heures qui suivent l’alerte (courbe n°2). Une capacité de réaction essentielle ici, sur ce qui s’est avéré être une rupture de canalisation sur l’alimentation en eau d’un RIE.

    Courbes montrant le réglage de la CTA


    Avec une fuite atteignant les 1500 litres par heure, il y a bien entendu un gain financier immédiat. Une économie d’environ 130€ par jour gagné sur la détection de l’anomalie. En supposant que le fournisseur d’eau soit en capacité de régulariser au réel sur chaque facture, et que la facturation soit mensuelle, cela représente déjà une économie de 4000€. Et nettement plus évidemment en cas de régularisation trimestrielle, semestrielle ou annuelle.
    Mais au-delà de l’impact sur la facture d’eau (et ses conséquences dans la relation aux locataires), ce sont aussi et surtout des dommages sur le bâti qui ont été évités.

    Les exemples sur les dérives de consommations énergétiques sont aussi nombreux. Parmi les moments sensibles : les intersaisons, périodes où il n’est pas rare de constater que le chauffage reste allumé alors que l’on met la climatisation en route (et inversement). 

    Le saviez-vous ?

    Les variations de consommation d’eau permettent aussi d’avoir une très bonne idée des variations de fréquentation d’un bâtiment. Celles de 2020 ont ainsi permis de révéler l’impact réel du COVID sur l’usage des bâtiments. En moyenne, les consommations d’eau ont baissé de 70% lors du premier confinement, et de 50% lors du second, reflétant la réalité du télétravail et parfois, du départ des locataires.
    Ainsi, même hors contexte exceptionnel, une baisse prolongée des consommations d’eau peut être le signal qu’il faut se rapprocher d’un locataire pour mesurer ses éventuelles difficultés… Et trouver des solutions qui lui permettent de continuer à se projeter dans l’utilisation des locaux. Un atout indéniable dans la relation commerciale.

    Pour aller plus loin…

    Le suivi régulier des consommations d’énergie et d’eau permet donc d’optimiser les niveaux de consommations historiques d’un bâtiment et de les maintenir dans le temps.

    Le remplacement d’équipements, quelques petits travaux et la modification du comportement des usagers représentent un autre gisement important de performance.
    Or mesurer l’impact de ces actions constitue un enjeu majeur de valorisation des investissements financiers comme humains. Une clé de performance à part entière, que nous vous invitons à découvrir ici : La mesure d’impact et la valorisation des actions menées (Clé n°4).

    D’autres clés de performance sont à découvrir sur notre blog :

    Clé n°1 : La détection des consommations inutiles. Dès l’installation.
    Clé n°2 : Le réglage dynamique et optimisé des équipements. Dans la durée.
    Clé n°5 : La diminution de la facture énergétique par analyse des puissances appelées.
    Clé n°6 : La mesure des taux de CO2 et autres paramètres de confort. Pour le bien-être et la santé des occupants
    Clé n°7 : Le partage des informations avec les locataires. Pour une trajectoire commune vers la frugalité.

    Vous aussi souhaitez rendre vos bâtiments performants ? Contactez-nous ici.

     

    Pin It on Pinterest

    Share This