Temps de lecture : 2 minutes

La réduction des consommations en période d’inoccupation constitue un gisement très important d’économies d’énergie. Un potentiel révélé dans la semaine qui suit l’installation d’iQspot, et sur lequel vous pouvez agir immédiatement.

Comment iQspot détecte les consommations inutiles ?

Avec iQspot, les courbes parlent d’elles-mêmes ! Si les consommations en période d’inoccupation (soirs et/ou week-ends) sont supérieures à 40% du pic de consommation, c’est qu’il y a des économies à réaliser.
Idem s’il existe bien des diminutions de consommation la nuit, mais sur une durée bien inférieure à celle de l’inoccupation réelle du bâtiment.

Une simple action de réglage des réduits permet alors de réaliser des gains substantiels et immédiats. En kWh, en émissions de Gas à Effet de Serre (GES) et en Euros. Le plus souvent, cette action consiste en:

  • la réduction de la puissance ou de la durée d’usage d’un équipement
  • éventuellement  son arrêt sur des périodes programmées
  • ou l’abaissement des consignes de température sur les périodes d’inoccupation.

La preuve en image et en chiffres

Nous vous proposons ici un exemple de détection et d’action.

La courbe n°1 représente les consommations en chauffage (CPCU) sur une semaine. Cette courbe montre bien un réduit du chauffage la nuit… mais uniquement à partir de minuit. Elle montre également que les niveaux de consommation du week-end sont très élevés pour un bâtiment inoccupé.

La courbe n°2 représente ces mêmes consommations après avoir effectué les réglages suivants :

  • un arrêt du chauffage programmé à 20h00 plutôt qu’à minuit
  • et baisse de la température de consigne les week-ends. 

Cette action a permis de gagner plus de 10MWh par semaine de chauffe !
Qu’est ce que cela représente sur l’année ? En considérant 16 semaines de chauffe (fourchette basse), ce simple réglage a permis de gagner :

  • 160 MWh d’énergie non consommés
  • 27,2 tonnes de C02 non émis
  • et 11,2 K€ d’économies sur la facture de chauffage urbain.

Bon à savoir

Les consommations à usage thermique varient en cours d’année. D’autres événements peuvent également survenir, qui impliquent un changement de fonctionnement des équipements de CVC (Climatisation, Ventilation, Chauffage). Cette réalité implique de pouvoir régulièrement vérifier l’adéquation entre les réglages effectués et les besoins réels. C’est la clé de performance n°2 que nous vous invitons à découvrir ici : Le réglage dynamique et optimisé des équipements.

D’autres clés de performance sont à découvrir sur notre blog :

Clé n°3 : La détection immédiate de fuites et autres dérives de consommations. Tout le temps.
Clé n°4 : La mesure d’impact et la valorisation des actions menées. A l’occasion de travaux, remplacements d’équipements ou changements de comportement des usagers.
Clé n°5 : La diminution de la facture énergétique par analyse des puissances appelées.
Clé n°6 : La mesure des taux de CO2 et autres paramètres de confort. Pour le bien-être et la santé des occupants.
Clé n°7 : Le partage des informations avec les locataires. Pour une trajectoire commune vers la frugalité.

Vous aussi souhaitez rendre vos bâtiments performants ? Contactez-nous ici.

 

Pin It on Pinterest

Share This