Le décret tertiaire

Ça y est ! Après 9 longues années d’atermoiements, le décret tertiaire vient d’être publié.
Il porte désormais le nom de
Décret n° 2019-771 du 23 juillet 2019 relatif aux obligations d’actions de réduction de la consommation d’énergie finale dans des bâtiments à usage tertiaire.

Dans cet article, retrouvez l’esprit, l’histoire et un panorama des attendus du décret… Ainsi que quelques conseils pour être prêts au 1er janvier 2020.

L’esprit du décret tertiaire depuis son inscription dans la loi Grenelle

L’immobilier tertiaire représente 25% des surfaces bâties en France. Mais il est responsable de plus d’un tiers des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES).

C’est pourquoi les lois Grenelle ont consacré dès 2010 la nécessaire amélioration des performances énergétiques des bâtiments tertiaires. Ainsi, l’article 3 de loi du 2 juillet 2010 prévoyait déjà que :

« Des travaux d’amélioration de la performance énergétique sont réalisés dans les bâtiments existants à usage tertiaire ou dans lesquels s’exerce une activité de service public dans un délai de 8 ans à compter du 1er janvier 2012. Un décret en Conseil d’État détermine la nature et les modalités de cette obligation de travaux, notamment les caractéristiques thermiques ou la performance énergétique à respecter (…) »

L’élaboration du décret aura connu divers rebondissements.
Jusqu’à aujourd’hui.

Fin 2010, une concertation est lancée sous la houlette du Plan Bâtiment Durable. Le groupe de travail, composé de grands représentants du secteur tertiaire privé et public, émet à son issue un certain nombre de recommandations, de méthodes et d’objectifs qui font consensus. Malgré l’implication du groupe et la mise en place, fin 2013, d’une charte volontaire, le décret tarde, lui, à sortir.

En 2015, la Loi de Transition Energétique pour une Croissance Verte (LTECV) vient compléter la loi Grenelle. Elle fixe alors un objectif de réduction des consommations énergétiques de 60% à l’horizon 2050 (en comparaison à 2010). Avec des paliers intermédiaires en 2020, 2030 et 2040.
Le 9 mai 2017, le décret est publié en urgence, juste avant la fin du mandat de François Hollande. Mais Il est suspendu dès le mois suivant en référé, et est définitivement annulé en juin 2018. Motif de l’annulation ?
Les obligations fixées par le décret supposent la conduite préalable d’un audit énergétique puis d’un plan d’action, pour réaliser des travaux qui ne peuvent être achevés avant la date butoir du 1er janvier 2020.

En novembre 2018, la loi ELAN propose un nouveau socle juridique pour le décret tertiaire. Le gouvernement se donne alors 1 an pour le publier.
La concertation portant sur le contenu technique du décret s’est achevée en mars 2019.
Le projet de texte a été transmis au Conseil d’Etat en avril et le décret a finalement été publié ce 23 juillet.

Que dit concrètement le décret tertiaire ?

Le décret détermine les conditions d’application de  l’article 175 de la loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 de la loi ELAN. Le dit article 175 prévoit un objectif de réduction des consommations d’énergie finale de l’ensemble des bâtiments tertiaires soumis à l’obligation de 40% en 2030, 50% en 2040 et 60% en 2050 par rapport à l’année 2010.

Champs d’application

Sont assujetis à l’obligation de réduction des consommations énergétiques :

  • les propriétaires,
  • le cas échéant, les locataires,

de locaux tertiaires d’une surface plancher supérieure à 1000 m².

Détermination des objectifs de réduction de consommation d’énergie finale

Un Arrêté ministériel doit venir définir la méthode de détermination :

  • de la consommation énergétique de référence
  • et la méthode de calcul du niveau de consommation énergétique finale d’un bâtiment.

Mise en place d’une plate-forme informatique de recueil et de suivi des consommations énergétiques

Les assujetis ont l’obligation de transmettre annuellement, via une plateforme numérique mise en place par l’État [et selon toutes vraisemblance opérée par l’ADEME] les éléments de suivi des consommations énergétiques de leurs bâtiments.

La première déclaration portera sur les consommations de l’année 2020. Elle devra être effectuée sur la plateforme au plus tard le 30 septembre 2021.

Cette déclaration annuelle devra être réalisée par le propriétaire ou par le preneur à bail. selon leur responsabilité respective, en fonction des dispositions contractuelles régissant leurs relations.

Notons que le décret prévoit aussi que : « les propriétaires et les preneurs à bail se communiquent mutuellement les consommations annuelles énergétiques réelles de l’ensemble des équipements et des systèmes dont ils assurent respectivement l’exploitation ».

Besoin de plus de précisions ? Retrouvez ici le décret dans son intégralité.

Bonne nouvelle : avec iQSpot, vous répondez déjà aux contraintes du décret tertaire.
Et vous disposez d’un véritable outil d’amélioration de votre performance énergétique.

Avec iQSpot, vous êtes en mesure de connaître les consommations en énergie finale de tous vos bâtiments. De manière fiable et exhaustive, sur tous vos fluides.
Des données de consommations que vous pouvez agréger selon la granularité que vous souhaitez. Par exemple, par période, par type d’énergie, par lot, par bâtiment, ou par parc…

Vous pouvez ensuite les utiliser dans vos différents rapports énergétiques et environnementaux.
Vous et/ou vos locataires êtes donc pleinement en mesure de répondre aux obligations de déclaration définies par le décret tertiaire. Si vous le souhaitez, une fonctionnalité de l’outil vous permettra de remonter automatiquement ces données sur la plateforme numérique mise en place par l’état [NDLR : connue à ce jour sous le nom d’OPERAT]

Mais iQSpot offre bien plus d’intérêt qu’un simple outil de reporting. Grâce au temps réel, iQSpot vous permet d’identifier et de réaliser rapidement des économies d’énergie et de consommation d’eau, enjeu essentiel tant d’un point de vue écologique qu’économique.

La visualisation graphique, la définition d’indicateurs clés et les alertes sur déviations de consommation vous permettent de traiter les anomalies structurelles, d’identifier les incidents dès leur survenance et de gagner en efficacité opérationnelle.

iQSpot est non invasif, facile et rapide à installer. Son ROI est inférieur à un an.

Pourquoi s’en priver ? Faites comme La Française, Foncière INEA, Imodam Property, CNP Assurances, Colliers International et d’autres foncières ou asset managers bien éclairés : contactez-nous !

Cet article est intéressant !